Coeur taillé en sodalite
Minéraux

« Bonjour, je voudrais une pierre pour trouver l’amour !»

Là, spontanément, je sais que cette demande quelque peu incongrue pourrait prêter à sourire. Pourtant, depuis bientôt cinq années que je travaille avec les minéraux sur le plan thérapeutique et d’autant plus lors des salons que j’ai fréquenté, je ne saurais vous dire à combien de reprises j’ai pu l’entendre.

Parfois ironique, sarcastique, rarement sérieuse mais toujours teintée d’un léger voile de vérité, cette question a fini par véritablement m’interroger : est-ce qu’il existe une pierre, pour trouver l’amour ?

Je vais vous spoiler la fin de cet article mais malheureusement, la réponse est non ! Par contre, ce qui est possible, c’est d’approfondir et comprendre les enjeux qui se dissimulent derrière cette quête du grand amour.

L’amour, pourquoi j’en ai besoin ?

Pour répondre à cette interrogation, j’ai eu recours à un outil de psychologie que j’aime beaucoup : la pyramide de Maslow.

Pyramide de Maslow


La pyramide de Maslow (1954) est une représentation hiérarchisée de nos besoins, des fondations de soi jusqu’à l’épanouissement et le bien-être.

Ce qu’elle nous permet de remarquer surtout, c’est que l’interaction avec autrui intervient dés le second niveau des besoins selon Maslow avec « se sentir soutenu•e ». Au troisième niveau, on parlera de « place sociale » ainsi que de « place familiale ». Dans les quatrième et cinquième niveau, enfin, on retrouve « être reconnu•e et/ou estimé•e » ainsi que « se sentir aimé•e ».

Bref, l’enjeu de « trouver l’amour » est en réalité un processus complexe, dans lequel interviennent une multitude de notions. Un processus différent selon chaque personne, qui est présent et varie tout au long de notre construction et de nos besoins prédominants.

Besoin de sécurité

La sécurité appartient à la zone énergétique orange et possède une véritable arborescence de notions qui lui sont liées : le confort social, la sécurité matérielle, la sécurité affective…

Trouver « le grand amour » c’est en partie s’assurer la tranquillité du côté des injonctions sociétales. Ne plus craindre les remarques de la vieille tante Josie qui ne manque pas de nous rappeler que l’on est plus tout•e jeune et que le temps est compté, se sentir plus sérieu•se•x auprès d’organismes qui nous renvoi à inlassablement à un manque à combler… Bref, c’est apparaître aux yeux de la norme comme n’étant plus en quête de quelque chose, comme n’étant plus incomple(è)t•e !

Bien souvent vouloir « trouver l’amour » revient aussi à vouloir chasser la solitude. Vivre seul•e est parfois peu agréable voire carrément insupportable dans certains cas. Il peut s’agir tantôt d’un manque de confiance, d’estime ou de reconnaissance de soi. Dans tous les cas, la peur de se retrouver confronter uniquement à soi-même témoigne bien souvent plus de la nécessité d’apprendre à vivre avec soi et de comprendre ce qui motive la crainte de la solitude, plutôt que de celle de rencontrer l’amour de sa vie !

Les croyances limitantes

Le « système de croyances » est un terme utilisé en psychanalyse, il définit l’ensemble des idées et convictions qui déterminent notre façon de penser ainsi que nos actes. C’est au sein de ce système que l’on trouvera les croyances limitantes, c’est-à-dire les fausses idées, les schémas toxiques et les blocages émotionnels qui freinent notre évolution et brident notre potentiel.

La recherche du « grand amour » est bien souvent teintée de multiples croyances limitantes : « personnes ne m’aimera » , « je ne suis pas assez bien » , « je ne le mérite pas » … Elles témoignent d’un besoin de reconnaissance, de la part d’autrui certes mais avant tout de venant de soi. L’enjeu ici sera de comprendre l’origine de ces pensées afin de pouvoir travailler à leur modification ou à les adoucir.


Les minéraux qui accompagnent le travail sur les croyances limitantes et les schémas toxiques :

  • La calcite jaune : pierre liée au plexus solaire, à la zone énergétique jaune et à l’estime de soi, elle participe à délier la compréhension de l’origine de ces blocages.
  • Le quartz fumé : fortement lié à la terre, à l’ancrage et à la stabilité émotionnelle, il accompagne parfaitement la sortie des schémas toxiques, il rassure et équilibre les mouvements émotionnels.
  • La fluorite : Oscillant entre une appartenance à la zone énergétique bleue et indigo, c’est une pierre qui travaillera au développement de la créativité et de la concentration, à la fluidité de la communication, de l’expression de soi et à la prise de conscience de son potentiel créateur.

Cristaux de quartz fumé
Quartz fumé, gisement Suisse. Source : mindat.org


Les limites du pouvoir des minéraux


L’énergie n’agit pas (ou pas de cette manière) sur autrui.

D’un point de vue purement énergétique, l’utilisation des minéraux comme outils thérapeutiques n’est véritablement efficace que lorsque l’on en est l’investigateurice ! Les vertus des pierres ne sont destinées qu’à la personne qui les recherche. Ainsi, même si modifier sa propre énergie pourra avoir un léger impact sur autrui par extension, poser un quartz rose sur sa table de nuit, par contre, n’assurera pas un mariage heureux dans les 4 prochains mois…

Lorsque l’on utilise des pierres pour soutenir sa propre énergie, le rayonnement qu’elles ont sur les autres passe à travers son propre prisme. Par exemple, porter une citrine pour se donner un coup de boost le jour d’un rendu de projet important peut donner l’impression que cette vitalité a été contagieuse dans tout l’open-space. Et c’est au fond sûrement le cas. Mais ce rayonnement vient de soi et non de la citrine !

Même si les sorcières utilisent les cristaux, ils ne sont pas magiques.

Il faut toujours garder à l’esprit que les pierres sont des outils, des accompagnements thérapeutiques. Qui dit accompagnement, dit travail de fond. Bien-sûr porter un minéral proche au contact de son champ énergétique viendra travailler à son équilibre mais si il n’y a pas d’investissement en parallèle, l’équilibre se rompra aussi vite qu’il ne s’est rétabli.

« Chercher l’amour » n’est pas la cause d’une problématique, c’est la raison principale pour laquelle aucune pierre n’agira précisément sur la situation. La volonté de trouver l’amour, le besoin de partager sa vie avec quelqu’un•e est le symptôme résultant de plusieurs causes qui sont propres à chacun•e et dont la déconstruction appartient à un cheminement entre soi et soi-même.

C’est d’ailleurs un des principes fondamentaux de la Naturopathie : résoudre un symptôme sans chercher à comprendre sa source, c’est prendre le risque de le voir ré-apparaître sous une autre forme ou à un autre moment.

Thérapeute formée en naturopathie, en psycho-énergétique et licenciée de psychologie, j'exerce en tant que praticienne et conférencière depuis octobre 2014. Sorcière moderne et militante féministe, mon travail s'oriente essentiellement autour de l'accompagnement de toutes les femmes, de la santé au naturel, de la prise en charge des victimes de violences sexuelles et sexistes, du bien-être menstruel, de la créativité ainsi que des minéraux comme outils thérapeutiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.