Sapin enneigé
Sorcellerie

Yule, sabbat du solstice d’hiver.

Selon l’OED (Oxford English Dictionnary), le terme « Yule » provient du vieil anglais « geól » et fait notamment référence à la période de Noël et ses célébrations.

C’est une fête païenne commune aux croyances nordiques et germaniques ainsi qu’un des principaux Sabbats Wiccans. Elle célèbre le solstice d’hiver, c’est à dire, du point de vue de l’astronomie, le jour où la nuit est la plus longue de l’année.

Symboliquement, c’est un moment de partage important, de gratitude et de solidarité. Lors des fêtes de Yule on se réunit, on prépare un bon repas, on décore son logis et on échange avec les personnes qui nous sont chères. C’est la dernière fête « froide » du cycle et ces traditions sont ancrées dans cette idée d’invoquer la lumière et de repousser l’ombre.

Déesse de l'hiver

On y célèbre donc principalement celleux que l’on aime, nos proches, celleux qui nous inspirent. Mais c’est également une occasion de mettre en avant les Déesses et Mères de l’hiver, ces figures qui nous accompagnent durant toute la période sombre et nous apportent force et chaleur intérieure. Parmi celles-ci :

– Frigga, déesse de l’hiver dans la tradition Norvégienne

– Holda, déesse Germanique de Noël

– Cailleach, déesse ancestrale Celte du climat

– Skadi, déesse de l’hiver dans la tradition Scandinave

– Befane, sorcière des traditions Italiennes et Babouchka, son équivalent Russe.

Lors du solstice d’hiver, la coutume veut que tout le monde s’amuse, que le repas soit démesuré, que le foyer soit parfaitement décoré, que de nombreuses sources de lumière illuminent la pièce et que de nombreuses boissons chaudes (généralement alcoolisées) soient servies.

Yule, aux éditions alliance magique

« Autrefois, de nombreuses fêtes du solstice d’hiver comprenaient de la danse, des festins et des réjouissances qui pour la plupart n’étaient pas du tout du goût de l’Église. Collectivement, les évènements tapageurs qui avaient lieu autour du solstice étaient souvent appelés « Fêtes des Fous ». Le peuple essayait probablement en ces occasions d’échapper à la règle de fer de l’Église. En Angleterre, on a fini par désigner un « seigneur du désordre » parmi les seigneurs et les nobles locaux, et par lui confier la surveillance des festivités, pour s’assurer qu’elles n’aillent pas trop loin. Ces évènements (aussi appelés « désordres ») comprenaient toutes sortes de choses, des fêtes endiablées à des festins gargantuesques et à des parodies de cérémonies religieuses, toujours avec un air de sacrilège, de satire et de chaos à peine contrôlé. »

Extrait du livre Yule de Susan Pesznecker aux éditions Danaé.

Correspondances lié•e•s à Yule :

Pour cette célébration les couleurs sont profondes, le rouge et le vert qui ne sont pas sans rappeler le symbole du Houx et de la nature, le blanc qui se rapporte à la neige et au froid, le bleu foncé qui symbolise la nuit mais également le doré qui apporte la lumière.

Comme dans tous les sabbats, la nature a une place importante dans le choix des décorations, nous pouvons évoquer par exemple les branchages, le bois, les feuilles tombées, les pommes de pains ou encore les plantes persistantes tel le célèbre sapin, arbre emblématique de cette période.

Parmi les pierres qui rayonnent particulièrement durant ces célébrations, on retrouve le cristal de roche, le quartz blanc, le lapis-lazuli, la dumortierite, la iolite, la charoïte, l’amethyste, le rutile ou encore l’aigue marine. Toutes étant des pierres qui apportent joie, lumière, intuition, calme et spiritualité.

Aigue-Marine cristallisée

À Yule, l’accent est mis sur la création et la fabrication artisanale à destination d’autrui. En opposition à Samhain où les rituels étaient majoritairement tournés vers soi et vers nos défunts, ici on cherche, on créer ce qui fera plaisir, accompagnera ou protégera nos proches durant les mois à venir. Cela peut aller de la recherche du cadeau de Noël coup de cœur à l’élaboration de rituels spirituels comme celui de dédier une bougie à quelqu’un par exemple, en la décorant, la gravant et en lui donnant l’intention de maintenir la lumière dans le foyer et le cœur de la personne à qui elle est destinée. Notons d’ailleurs que les périodes de Yule sont particulièrement propices aux travaux magiques et à la divination. 

Dans la cuisine d’une sorcière :

Jus de pommes chaud :

– 1 litre de jus de pommes (idéalement non filtré)

– 2 bâtons de cannelle

– 1/2 cuil à café de poivre

– 4 clous de girofle

– 1 cuil à café bombée de noix de muscade rapée ou en poudre

– 2 ou 3 petites pommes

– 2 clémentines

– Une poignée de kumquats, de raisins secs et de canneberges fraiches.

– Un trait de Brandy ou de Calvados (optionnel)

Mettez tous les ingrédients dans une casserole et faites frémir en remuant de temps en temps, jusqu’à ce que la peau des pommes craque.

→ Traditionnellement, le jus de pommes chaud se boit en famille, entre ami•e•s ou entre voisin•e•s, sous un pommier ou autre arbre fruitier pour la prospérité de l’année qui vient.

Illustration Yule

Thérapeute formée en naturopathie, en psycho-énergétique et licenciée de psychologie, j'exerce en tant que praticienne et conférencière depuis octobre 2014. Sorcière moderne et militante féministe, mon travail s'oriente essentiellement autour de l'accompagnement de toutes les femmes, de la santé au naturel, de la prise en charge des victimes de violences sexuelles et sexistes, du bien-être menstruel, de la créativité ainsi que des minéraux comme outils thérapeutiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.